dernières nouvelles

L’amour qui porte des fruits

La démonstration de notre capacité à produire les fruits de l’amour commence à la maison. La démonstration de notre capacité à aimer sans intérêt commence à la maison, la démonstration de notre capacité à aimer les non aimable commence à la maison. Si vous n’aimez que ceux qui vous aime, qui vous obéisse, qui sont d’accord avec vous, quelle effort faite-vous ? Même les païens font de même.

1 Jean 4 7-12 « 7 Bien-aimés, aimons nous les uns les autres; car l’amour est de Dieu, et quiconque aime est né de Dieu et connaît Dieu. 8 Celui qui n’aime pas n’a pas connu Dieu, car Dieu est amour. 9 L’amour de Dieu a été manifesté envers nous en ce que Dieu a envoyé son Fils unique dans le monde, afin que nous vivions par lui. 10 Et cet amour consiste, non point en ce que nous avons aimé Dieu, mais en ce qu’il nous a aimés et a envoyé son Fils comme victime expiatoire pour nos péchés. 11 Bien-aimés, si Dieu nous a ainsi aimés, nous devons aussi nous aimer les uns les autres. 12 Personne n’a jamais vu Dieu; si nous nous aimons les uns les autres, Dieu demeure en nous, et son amour est parfait en nous.  »

C’est mon conjoint et ma maison qui me qualifie à parler d’amour.

Quand on demande à Jésus Quel est le premier de tous les commandements? (verset 29), il répond dans Marc 12: 29-31 « 29 Jésus répondit: Voici le premier: Écoute, Israël, le Seigneur, notre Dieu, est l’unique Seigneur;30 et: Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta pensée, et de toute ta force. 31 Voici le second: Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Il n’y a pas d’autre commandement plus grand que ceux-là. »

Jésus démontre ici que aimer Dieu et Aimer son prochain sont les 2 aspects de l’amour total que Dieu attends  nous voir développer.

Maxime le Confesseur (580-662) observe que l’amour que nous avons pour Dieu et l’amour que nous avons pour les autres ne sont pas deux amours distincts, mais plutôt deux aspects d’un même amour total.

Cet amour doit être pratiqué par les deux partenaires dans un mariage.

Si votre conjoint n’est pas un participant volontaire, vous devez apprendre à grandir dans votre amour et combler le manque que génère sa non-adhésion. L’aimer suffisamment pour lui communiquer l’amour. Remplir son réservoir émotionnel comme dit Garry Chapman. Cela va consister à comprendre vos différences, ce qui fait la joie de l’autre. Comment il comprend l’amour que je lui offre ? Quelle est sa conception de l’amour ?

 

Mais il y a un autre défi lorsque deux croyants sont tous deux engagés à poursuivre une réalité spirituelle plus profonde dans le mariage – la formidable tâche de travailler à devenir non seulement un conjoint saint mais un couple saint.

Remarque : Beaucoup recherche une sanctification personnelle et ne pense pas à la sanctification du couple. On vit une spiritualité de célibat (chercher Dieu comme si on n’était pas marié)

 

Que se passe t il si un couple chrétien relève le défi de devenir un «couple saint» ?

Leur relation devient une matérialisation importante de l’amour et de la sainteté. Construire, mettre en valeur, et l’utiliser pour bénir l’église et le monde.

Pas définir leur relation à Dieu en termes solitaires, mais en travaillant ensemble à se présenter comme une unité sainte.

 

Le glouton peut profiter de sa nourriture, mais il ne jouit pas de sa condition.

 

La croissance spirituelle doit être le thème principal d’une relation conjugale et non pas le besoin de vie confortable. La vie confortable doit être le fruit d’une relation intime avec Dieu

Le mariage est le contexte idéal de l’expression de l’amour.

 

La famille est donc devenue un obstacle à surmonter plutôt que d’une plate-forme pour la croissance spirituelle.

 

Le but ultime n’est pas de plus vous faire aimer de votre conjoint, mais que votre amour pour Dieu se manifeste dans l’amour pour votre conjoint.  L’idée est de manifester le caractère de Jésus.

À tout le moins, vous aurez une nouvelle appréciation pour la personne avec qui vous avez entrepris ce voyage.

La question clé est la suivante: Vais-je aborder le mariage, comme une vie centrée sur Dieu ou une vue égocentrique sur moi et mon conjoint ?

Dans une vue égocentrique, nous allons maintenir notre mariage aussi longtemps que nos conforts terrestres, les désirs et les attentes sont satisfaites.

Dans une vue centrée sur Dieu, nous préservons notre mariage, car il apporte la gloire à Dieu dans un monde pécheur et offre la réconciliation avec lui.

 

Nous montrons notre amour pour Dieu en partie par l’amour que nous avons pour notre prochain (et notre conjoints est le prochain le plus proche). Et nous aimons donc nos conjoints pas pour leurs attributs ou ce qu’il nous offre au regard de nos attentes, mais plutôt par amour pour Dieu. C’est l’amour pour Dieu qui me pousse à aimer ma femme. Ce sont les attributs de Dieu qui me donne la force d’aimer ma femme. J’aime Dieu au travers de mon conjoint.

 

Le mariage devient donc le cadre d’apprentissage de l’amour inconditionnel

Utilisez le mariage comme un terrain de pratique où vous apprenez à accepter l’autre personne et lui servir.

Dans le livre du Deutéronome 24: 5: “Lorsqu’un homme sera nouvellement marié, il n’ira point à l’armée, et on ne lui imposera aucune charge; il sera exempté par raison de famille pendant un an, et il réjouira la femme qu’il a prise.“.

1 Jean 4:20 – 21 20 Si quelqu’un dit: J’aime Dieu, et qu’il haïsse son frère, c’est un menteur; car celui qui n’aime pas son frère qu’il voit, comment peut-il aimer Dieu qu’il ne voit pas? 21 Et nous avons de lui ce commandement: que celui qui aime Dieu aime aussi son frère.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*Erreur

Prendre rendez-vous avec un conseiller

24h/7j Votre disponibilité est prise en compte

Discutez en toute discretion !
Rendez-vous
Prendre un rendez-vous
Loading...